Catégories
Uncategorized

Le château de Saint-germain-en-laye, merveille des Yvelines

Envie d’aller à la rencontre des lieux les plus insolites de la France ? Pourquoi ne pas commencer votre visite par le château de Saint-Germain-en-Laye situé à seulement 19 km à l’ouest de la ville parisienne ? Anciennement résidence des rois de France, il est devenu un monument historique et archéologique, de quoi ravir la curiosité des passionnés d’archéologie. Venez découvrir de fond en comble ce lieu plein d’histoires enrichissantes !

Le château de Saint-Germain-en-Laye : un château qui a connu plusieurs époques

Le Château de Saint-Germain-en-Laye a traversé les âges avant de devenir un Musée d’Archéologie Nationale. Son histoire commence en l’an 1122, année de sa construction sous l’égide du roi de France Louis VI le Gros. Le château de Saint-Germain-en-Laye fut remodelé aux goûts de Louis XI. Cet agrandissement n’a pas duré dans le temps, car en 1346, les Anglais y ont mis feu. C’est sous son règne que Charles V a reconstruit la bâtisse qui se verra plus tard totalement modifiée par François Ier.

Dès son retour d’Italie, François Ier trouva trop inconfortable l’édifice puis confia sa reconstruction à Pierre Chambiges. Ce dernier établit le nouveau palais en 1539 en se basant sur les fondations faites sous Charles V. La nouvelle bâtisse a connu plusieurs rois de France jusqu’au règne de Henry II qui fera reconstruire le château de Saint-Germain-en-Laye par Philippe de l’Orme en un « Château Neuf ». Henry IV achèvera la reconstruction en faisant aménager les jardins de la cour en terrasses.

Louis XIV naquit au château de Saint-Germain en 1638. Il quitta en 1660 le château Neuf pour s’installer dans le château Vieux où vivaient les descendants royaux et leurs domestiques. Il établit sa résidence dans ce château jusqu’en 1682 (20 avril), date de son départ définitif du château de Saint-Germain-en-Laye pour Versailles. Le cousin du roi, Jacques Stuart occupa avec sa famille le château après son exile d’Angleterre. Les jacobites séjournèrent dans le château de Saint-Germain-en-Laye jusqu’en 1713.

Plus tard, le château est utilisé lors de la Révolution comme une prison ; un hôpital où se traitaient les maladies contagieuses ; sous Napoléon Ier, une école de cavalerie ; sous le règne de Louis-Philippe, un pénitencier militaire et même une caserne. Voyant le « château vieux » très délabré, l’empereur Napoléon III confia, en 1862, sa restauration en « Musée des antiquités celtiques et gallo-romaines » à Eugène Millet.

Quels types de visite sont permis au château de Saint-Germain ?

Le musée abrite une remarquable collection d’archéologie européenne qui a valu au château de Saint-Germain-en-Laye d’être appelé « Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye ». Depuis lors, les visiteurs sont de plus en plus nombreux. Des visites guidées sont offertes aux groupes scolaires qui viennent en apprendre davantage sur l’histoire du lieu.

Des visites contées, thématiques, conférence, littéraires… sont également proposées par le musée pour permettre à tous de découvrir :

  • La cour intérieure du palais royal ;
  • Les jardins à la française édifiés par le Nôtre et les jardins champêtres ;
  • Les jardins à l’anglaise ;
  • Les jardins botaniques ;
  • Les merveilleuses terrasses du château de Saint-Germain-en-Laye.

Vous avez même la possibilité de découvrir les divers paysages et la vue panoramique qu’offre la vallée de la Seine.

Quand et comment visiter ce monument historique ?

Tous les jours sont favorables pour visiter, entre 10 h et 17 h, le musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, sauf le mardi et les jours exemptés sur décision gouvernementale. Certains jours fériés sont également exclus du calendrier de visite du château. Selon les périodes annuelles de visite, les heures d’ouverture peuvent varier.

Les réservations de visites, qu’elles soient en groupe ou par personne, sont autorisées toute l’année. Le château de Saint-Germain-en-Laye est accessible à tous, même aux enfants à qui sont proposées des activités ludiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *